Contrôle fiscale : ce que vous devez connaître pour répondre au fisc

Déclaration d'impôt des particuliers

Vous préférez ne pas faire l’objet d’une enquête par le fisc. Une fois que vous avez rempli une déclaration d’impôt sur le revenu (ce qui est assez difficile pour certains), vous préférez laisser ce sujet de côté. En général, vous y parvenez. Mais il arrive que vous receviez une lettre dans laquelle l’inspecteur pose des questions. Parfois, elle va plus loin et on vous demande d’envoyer des preuves documentaires. Une fois que vous avez reçu un contrôle fiscal, à quoi pouvez-vous vous attendre ? Devez-vous tout accepter ?

Le contrôle fiscal souvent ennuyeux

Non, vous n’êtes pas obligé de tout accepter. L’administration fiscale et douanière doit également respecter les règles du jeu. Mais tout commence par l’obligation de remplir la déclaration d’impôt « de manière claire, ferme et sans réserve ». Si vous êtes un entrepreneur, vous avez également une obligation administrative. En bref : il faut avoir une bonne comptabilité. Mais même si vous n’êtes pas un entrepreneur, vous devez présenter de nombreux documents qui peuvent être importants pour l’évaluation de la déclaration. Pensez aux relevés bancaires, aux lettres, aux billets d’avion, aux procès-verbaux, aux agendas, aux rapports … et ainsi de suite.

Les autorités fiscales ont reçu certains pouvoirs pour permettre un examen sérieux de votre déclaration d’impôts. En général, on n’entend rien, d’ailleurs. La grande majorité des déclarations fiscales sont traitées automatiquement. Pas un fonctionnaire qui les regarde. Si des questions se posent, beaucoup de gens trouvent cela ennuyeux et drastique. C’est compréhensible. Après tout, l’administration fiscale et douanière est une organisation importante et puissante et il est souvent difficile de savoir exactement quels sont vos droits et devoirs.

Fiscus dispose de pouvoirs de contrôle fiscal très étendus

L’inspecteur des impôts peut faire beaucoup de recherches et poser beaucoup de questions. Elle peut le faire par écrit ou lors d’un entretien Une enquête doit être annoncée, l’inspecteur des impôts ne peut pas soudainement sonner à votre porte.

Dans une telle enquête, des questions peuvent être posées telles que : « Vous avez déduit des frais médicaux, mais avez-vous fait ces frais ? Ou encore : « Vous êtes le propriétaire de cette maison de vacances, mais pourquoi ne l’avez-vous pas abandonnée ? Les autorités fiscales peuvent également enquêter sur vos affaires fiscales avec d’autres personnes. Par exemple, l’inspecteur peut demander à un fabricant une facture que vous avez inscrite comme déduction.

Que peut-on demander lors d’un contrôle fiscal ?

Controle fiscal des particuliers

Les questions posées par les autorités fiscales doivent être claires et formulées sans équivoque. Le fonctionnaire peut demander des faits, et non des opinions ou des considérations. Vous n’avez pas à répondre à des questions telles que : « Qu’en pensez-vous ? » ou « Pouvez-vous expliquer pourquoi il s’agit d’un bâtiment de la catégorie 3 ? Les faits doivent être pertinents à des fins fiscales.

Le problème est qu’une certaine question peut rapidement devenir importante. Si l’importance n’est pas immédiatement évidente, l’inspecteur doit pouvoir l’expliquer à votre demande. Si vous ne connaissez pas immédiatement la réponse à une question, il faut vous donner le temps de rassembler les informations demandées. Ne vous laissez pas mettre sous pression.

Compétence limitée en matière de contrôle fiscal de toute façon

Le pouvoir de poser des questions est limité par la loi et par les « principes généraux de bonne administration ».

Les informations doivent être demandées – vous n’êtes donc pas obligé de fournir des informations spontanément, mais seulement « sur demande » (comme le stipule la loi). Si vous le faites, ces informations peuvent être utilisées. Mais attention : dans certaines situations, vous êtes obligé d’informer les autorités fiscales. C’est particulièrement important pour les entrepreneurs, qui ont le devoir de fournir des informations qui peuvent aller loin.

Un exemple de « principe de bonne administration » qui peut s’appliquer est le principe de confiance. Imaginez qu’un fonctionnaire ait des doutes sur une certaine déduction fiscale, mais qu’il y a quelques années, des questions sur le même sujet vous aient déjà été posées. Finalement, l’inspecteur a donné son accord. Vous pouvez alors être certain que la discussion est close et que cette déduction sera également acceptée cette fois-ci.

Interdiction de naviguer

Une mention séparée mérite l’interdiction de renifler, juste pour le nom. Au-dessus, il est dit que vous devez donner des informations « lorsqu’elles vous sont demandées », vous devez répondre à des questions spécifiques. L’inspecteur n’est pas autorisé à faire des recherches pour collecter des données. Elle ne doit pas ouvrir arbitrairement toutes sortes de tiroirs et d’armoires ou entrer dans votre bureau à la recherche de documents intéressants. Ce sera différent si vous avez dit où se trouvent les dossiers importants, alors que vous avez effectivement donné votre autorisation.

Devez-vous fournir toutes les informations demandées ?

En matière fiscale, vous n’avez en principe pas le droit de garder le silence, mais il existe des exceptions – s’il est clair que vous serez condamné à une amende pour avoir mal rempli votre déclaration d’impôt, vous n’êtes pas obligé de répondre. Le juge a décidé que le droit pénal s’applique, y compris le droit de garder le silence qu’un suspect a toujours eu.

Si vous continuez à refuser de répondre suffisamment aux questions, l’administration fiscale peut émettre une décision d’information. Cela renverse et augmente la charge de la preuve. Cela signifie que vous devez prouver le fonctionnement de la fourchette. Si les autorités fiscales font une supposition, vous devez prouver le contraire. Cela peut conduire à des situations compliquées. Heureusement, vous pouvez vous y opposer. HelloLaw peut vous mettre en relation avec un spécialiste qui le fera pour vous.

L’inspecteur qui ne respecte pas les règles

Si l’inspecteur des impôts n’obéit pas aux règles, vous n’êtes pas impuissant. Votre déclaration d’impôt peut être corrigée. Cela signifie que vous devrez payer plus d’impôts que prévu. Vous pouvez alors vous opposer à cette nouvelle imposition. Dans votre avis d’opposition, vous pouvez également indiquer que, selon vous, le comportement de l’inspecteur était inapproprié. La question de savoir si cela conduit à l’annulation de la nouvelle évaluation dépendra bien sûr de la situation.

Votre réclamation doit être traitée par un fonctionnaire autre que celui qui a initialement instruit votre plainte. Si vos droits ont été violés, vous pouvez avoir droit à une réévaluation de votre plainte. Si le comportement de l’inspecteur fait vraiment dérailler les choses, vous pouvez déposer une plainte auprès de l’administration fiscale et douanière. Vous pouvez également vous adresser au Médiateur. Mais ils ne traiteront votre plainte que si vous avez d’abord porté plainte auprès de l’administration fiscale et douanière.

Objection

Un tel contrôle fiscal peut être une sacrée pilule – vous devez répondre aux questions posées, fournir les informations que les autorités fiscales exigent de vous et vous pouvez même être confronté à une situation où vous devez prouver que ce que les autorités fiscales acceptent n’est pas correct. Heureusement, les pouvoirs de l’administration fiscale sont également limités et vous pouvez vous opposer s’ils ne respectent pas les règles.

défiler vers le haut