Fausses assurances pour voiture : Comment les éviter ?

Le fléau des fausses polices de responsabilité civile automobile (ainsi que celles des autres secteurs) prend des dimensions inquiétantes avec l’explosion des ventes en ligne par des assureurs inexistants ou autrement non autorisés. En cas d’accident, la victime n’est pas couverte par la police et doit donc payer tous les dommages.

L’assurance responsabilité civile automobile est l’une des fraudes les plus subtiles, car vous croyez être assuré, mais vous découvrez que vous n’êtes pas assuré uniquement lorsque vous avez besoin d’une assurance, c’est-à-dire après un accident. Et dans ce cas, vous vous retrouvez en enfer juridique, parce que vous devez payer vous-même les dommages, parce que vous n’avez pas de police valide. Au cours des dernières années, le phénomène des fausses polices d’assurance automobile en ligne s’est multiplié, c’est-à-dire des sites Web qui offrent des prix beaucoup plus bas que les prix normaux du marché ; s’ils peuvent se le permettre, bien sûr, parce qu’ils sont des organisations frauduleuses, alors ils ne paieront jamais. L’ensemble de la transaction s’effectue via le web, de la même manière qu’avec les sociétés réelles autorisées qui opèrent également par ce canal, le paiement s’effectue par carte de crédit.

De cette façon, vous n’avez même pas la possibilité de voir le fraudeur en face, donc aucun risque de tracer son identité à travers la description physique. Et aussi un excellent bouclier en cas de procès éventuel : si vous ne l’avez pas vu, comment pouvez-vous être sûr qu’il est le fraudeur ? Ensuite, il y a un autre volet : les compagnies d’assurance qui existent réellement mais qui ne sont pas autorisées à opérer en Italie. Il s’agit le plus souvent d’agences secondaires qui ont reçu le mandat de la société mère d’opérer sur un territoire donné, mais pas en Italie, pour diverses raisons, elles essaient la même chose. Pour le consommateur, rien ne change : même ces politiques sont fausses.

Comment identifier les fraudeurs ?

La première forme de contrôle est celle de l’inscription au registre des compagnies d’assurance autorisées à opérer dans notre pays. En fait, il n’est pas permis de vendre des polices comme n’importe quel bien. Compte tenu de la délicatesse de leur fonction, il est nécessaire que les entreprises soient préalablement autorisées par inscription dans un registre spécial. Le filtre est double : une société doit être inscrite dans le registre unique des intermédiaires d’assurance italiens et dans la liste des intermédiaires de l’Union européenne. Il ne suffit pas d’appartenir au seul registre européen ; une autorisation spécifique est également nécessaire pour l’Italie (ainsi que pour tout autre pays européen).

Les entreprises qui opèrent par le biais de sites Web sont également soumises à des contraintes réglementaires spécifiques. Les sites web et les profils de réseaux sociaux doivent toujours indiquer : les données d’identification de l’intermédiaire ; l’adresse du siège social, le numéro de téléphone, le numéro de fax et l’adresse e-mail ; le numéro et la date d’inscription au registre unique des intermédiaires d’assurance et de réassurance et l’indication que l’intermédiaire est soumis au contrôle. Pour les sociétés étrangères autorisées à opérer en Italie, l’indication de tout bureau secondaire doit être ajoutée, ainsi que la déclaration de possession de l’autorisation d’opérer en Italie avec l’indication de l’autorité de surveillance de l’État membre d’origine.

L’absence de ces informations doit déclencher une prise de conscience, car cela signifie que vous courez le risque de souscrire des polices contrefaites. Parfois, il ne s’agit pas de fraudeurs, mais d’une simple négligence ou d’un manque de capacité ; cela aussi devrait vous inciter à vous tenir à l’écart de ces personnes, car c’est un signe de mauvais sérieux professionnel, qui se traduit par un grand risque quand il s’agit de devoir payer des dommages et intérêts.

Lorsque vous rencontrez un site Web d’une personne inconnue, il est toujours bon de vérifier qu’il est autorisé. Vous pouvez le faire en consultant le registre publié par les autorités. Des liens vers des répertoires d’entreprises autorisés, ainsi que des listes d’avis sur les entreprises non autorisées, les cas de contrefaçon et les sites web irréguliers peuvent être trouvés sur le lien à côté. L’un des trucs que les fraudeurs utilisent souvent est l’utilisation de noms très similaires à ceux des sociétés réelles, en changeant les petits détails : le suffixe web (.net au lieu de.com ou autre), une partie du nom de la société (Ltd au lieu de spa et autres) et d’autres raccourcis similaires. En parcourant la liste des cas de contrefaçon, vous pouvez vous faire une idée précise du phénomène. Il s’agit d’un document de 12 pages qui ne date que des cinq dernières années, juste pour faire comprendre la dimension de ce fléau.

Ce type de fraudre peut ruiner nos vies

Lorsque vous souscrivez une police d’assurance automobile RC qui s’avère être fausse, nous devons indemniser de notre poche tous les dommages causés par un accident, en plus d’être condamnés à une amende parce que vous circulez sans assurance. Déjà avoir à rembourser la valeur d’une voiture neuve ou semi-neuve peut causer des problèmes majeurs, nous parlons de plusieurs dizaines de milliers d’euros à payer au total, peut-être quand vous êtes déjà exposé avec une hypothèque et autres versements à la consommation. Sans parler des dommages que nous avons subis, qu’un bon kasko valable couvrirait à sa place.

Mais, comme on le sait, le plus grand problème, celui qui peut sérieusement ruiner la vie, est lié aux dommages corporels : ici, l’euro à payer peut dépasser les centaines de milliers pour les blessures les plus graves ou la mort, si alors les blessés ou les morts sont plus d’un, vous pouvez atteindre des millions. Sans tenir compte des conséquences pénales.

Chercher réparation contre le fraudeur est toujours une question de loterie ; tout d’abord, parce qu’il faut l’identifier, et ces criminels sont très habiles à leur faire perdre leurs traces, même s’ils les quittent ; mais même s’il était capturé, il n’a pas nécessairement l’argent pour couvrir une lourde indemnité. Le retour aux fonds illicites est toujours une activité très longue et complexe et la police ne dispose pas de ressources illimitées, elle doit donc donner la priorité aux enquêtes les plus importantes. Enfin, les procédures judiciaires sont très lentes, voire plus lentes lorsqu’elles concernent des personnes résidant à l’étranger (des commissions rogatoires internationales doivent être initiées, c’est-à-dire des demandes de notre justice à celle du pays de résidence de l’accusé, qui pourrait collaborer rapidement ou non). En attendant, vous devez payer de votre poche, en espérant un recours qui ne viendra peut-être jamais.

scroll to top